Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 19:40

Le parti communiste de l'Essonne organise une conférence de presse jeudi devant les locaux d’Alcatel-Lucent pour dénoncer l’injustice des licenciements économiques.

Alcatel servira d’exemple. Alors que le parti communiste part en croisade à l’échelle nationale « pour la justice fiscale, la relance sociale, industrielle et écologique », sa fédération essonnienne a choisi de s’attaquer aux manœuvres de la direction d’Alcatel-Lucent sur son site de Nozay. L’équipementier et industriel des télécoms avait en effet annoncé début novembre la suppression de 509 postes sur les 3 200 que compte les locaux de Villarceaux.

Pour montrer son engagement contre ces licenciements, le PCF 91 a décidé de tenir un point presse demain jeudi 28 novembre à 11h30 devant le siège de l’entreprise à Nozay. Cette action fait écho à la marche dans Paris initiée par le Front de Gauche qui aura lieu le 1er décembre prochain.(Source EssonneInfo)

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 10:33

Le ministre du travail envisage de supprimer les élections prud’homales après 2015. C'est un mauvais coup pour la démocratie.

D'autant que le gouvernement demandera au parlement, dans le cadre du projet de loi sur la formation, de pouvoir procéder par ordonnance pour modifier le mode de désignation des conseillers prud'homaux, c'est à dire sans débat parlementaire.

La légitimité des conseils de prud'hommes est renforcée par l'élection des juges par leurs pairs. Il faut maintenir les élections, améliorer les conditions de tenue de ces élections pour augmenter encore la participation.

Michel Sapin, en envisageant la suppression des tribunaux prud'homaux, répond à une vieille revendication du patronat qui lui permettrait d'avoir les mains libres pour licencier et brutaliser les travailleurs. Dans une période ou plans de licenciements et attaques contre les syndicalistes se multiplient, le gouvernement, au lieu de s'y opposer fermement, donne un très mauvais signe pour la démocratie sociale.

Il faut au contraire un renforcement et une reconnaissance élargie, en particulier dans les PME TPE, du droit syndical et des tribunaux prud'homaux.

Le monde du travail a besoin de reconnaissance et de respect. Lui supprimer la seule élection nationale interprofessionnelle est un acte de recul inacceptable.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 18:57

Les pompiers de Draveil-Vigneux sont en grève pour obtenir des moyens, face à une directive européenne et le gel des crédits par le CG91.

DSCN1118.JPGLa « modernisation de l’action publique ( comprenez : la RGPP de la droite revue par le PS) provoque la colère de nos pompiers essonniens. Face à une directive européenne aveugle qui réduit obligatoirement pour janvier 2014 leur temps de travail (ce qui en soi n’est pas mal vu par nos soldats du feu), la logique veut que des effectifs supplémentaires soient décidés pour maintenir le service public rendu. Or, avec les réductions de crédits décidés par l’Etat PS, les conseils généraux suivent en réduisant les budgets des SDIS (services secours incendie). Conclusion : moins d’heures, moins de pompiers, moins d’interventions.

A Draveil, rue Brossolette, le centre de secours est en grève, le jour même où le SDIS de l’Essonne fête ses 40 ans. Triste anniversaire ! Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal DraveilàGauche, s’est adressé à Jérôme Cauet, conseiller général président du CA du SDIS 91, pour lui demander une table ronde avec les élus et les pompiers du secteur, en sa présence, afin de réexaminer les attributions budgétaires en 2014. La sécurité des biens et des personnes n’a pas de prix, elle est indispensable !

Lire l’article : le-torchon-brule-meme-chez-les-pompiers-professionels

 

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 09:53

Après neuf jours de combat, les 35 employés de l’entreprise AT France de Bondoufle ont obtenu le droit de reprendre le travail ce mercredi 30 octobre.

Ces salariés appartenant à la société italienne AF avaient été envoyés provisoirement en France par le gérant du groupe Antonio Ferrari afin de travailler dans une filiale basée à Bondoufle.

Cependant, après plus de 18 mois de travail sur le territoire français, aucun de ces employés n’avait signé de contrat de travail. Ils s’étaient ainsi mis en grève pour faire reconnaître leur condition le 21 octobre dernier. Suite à cela, la CGT 91, mais également le parti communiste essonnien, ont apporté leur soutien aux salariés d’AT France afin qu’une table ronde soit organisée entre le Préfet, la Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), l’entrepreneur et les syndicats pour tenter de régler la situation au plus vite.

L’avenir de ces 35 personnes vient ainsi de s’éclaircir un peu plus avec cette première décision. Ils devraient profiter de meilleures conditions de travail.

Contrairement à la situation des ouvriers, l’étau se resserre sur l’entreprise italienne. Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’elle utilise ce stratagème pour faire venir des employés étrangers dans le but de les exploiter. L’entreprise transalpine, que certains salariés qualifient de « coutumière du fait » fera certainement l’objet de contrôles plus fréquents dans les prochains mois pour que la situation ne se reproduise plus.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 20:49

Après l'’adoption de la contre-réforme des retraites par une courte majorité à l’Assemblée Nationale, la mobilisation reste plus que jamais nécessaire ! C'’est maintenant au Sénat que vont se tenir les débats du 28 octobre au 5 novembre.

Dans la continuité de la lutte engagée le 10 septembre, le 10 octobre, le 15 octobre, les organisations syndicales CGT, FO, FSU et SOLIDAIRES d’'Île-de-France appellent à participer à un rassemblement unitaire interprofessionnel qui se tiendra devant le Sénat, rue de Tournon, (Métro Odéon), le mercredi 30 octobre 2013 à 12H30.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 08:20

Selon des économistes interrogés par Reuters, "le taux de chômage devrait continuer à augmenter pour atteindre 11,1% mi-2014 contre 10,9% actuellement".

pôle emploi-signal aux marchésS'agissant du chômage, ils estiment que l'inversion de la courbe d'ici fin 2013 promise par François Hollande devrait être plus difficile à atteindre. Le taux de chômage devrait s'établir selon les économistes à 11,0% sur l'ensemble de 2014, après 10,9% en 2013, soit un niveau proche du record de 11,2% en 1997.

L'examen du projet de loi de finances pour 2014 a commencé en séance publique à l'Assemblée nationale et a été marqué par des manifestations de mécontentement de députés socialistes face à un texte qu'ils jugent trop favorable aux entreprises.

Ces députés ont donc été invités instamment à ne plus déposer d'amendement sans accord préalable de leur groupe par le président du groupe PS, Bruno Le Roux, et le chef de file du groupe pour le débat budgétaire, Dominique Lefebvre. Silence dans les rangs!

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 13:50

Débrayage le matin, accord de suspension du conflit le soir même. La possible restructuration au sein de Kuehne & Nagel a entraîné une grève de quelques heures  lundi, qui a mobilisé une partie des salariés de l’entrepôt de Bondoufle-Le Plessis-Pâté.

Devant les entrepôts, une cinquantaine de personnes en tenue de travail ont tenu position autour d’un drapeau CGT planté dans une palette. Les ouvriers, femmes et hommes ont occupé les lieux depuis 10h du matin : « C’est une bonne action, ils sont très bien organisés » a commenté le secrétaire de l’union locale de la CGT.

C’est à la suite de l’annonce d’un plan de restructuration, qui entraînerait la suppression de 70 des 220 postes du site, que les salariés ont décidé de débrayer. « Le compte n’y était pas, les propositions de reclassement insuffisantes, on ne pouvait pas accepter cela » raconte José Faria, délégué CGT de Kuehne & Nagel, entreprise spécialisée dans la logistique.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 14:53

Plus de deux ans après leurs licenciements, les anciens salariés de CEPL qui s’occupaient de la logistique du parfumeur Marionnaud ne sont toujours pas fixés sur leur sort. Actuellement entre les mains de la justice, l’affaire se poursuit et des éléments nouveaux seraient apparus.

Rappel: depuis mai 2011, la majeure partie des 74 employés se retrouve sans travail, suite à un conflit qui s’inscrit dans la durée du fait des nombreux reports d’audiences. Alors que la réouverture des débats est prévue le 7 novembre prochain, de nouvelles pièces pourraient relancer l’affaire.

Alors que le juge a convié une fois encore Marionnaud et ses ex-employés au tribunal pour une nouvelle audience avec plaidoiries dans trois mois, les anciens salariés tentent de faire monter la pression. Un fait les a d’ailleurs alertés dernièrement et « par le plus grand des hasards, comme l’assure le délégué syndical CFDT. Sans avoir été averti par quiconque, j’ai vu sur internet que CEPL se faisait racheter par ID Logistics, qui avait refusé de nous conserver prétextant que cela était une opération trop onéreuse ». Pourtant, suite à un accord signé le 13 juin 2013, CEPL s’est vu racheté par ID Logistics en juillet pour un montant de 200 millions d’euros. Cette action procure ainsi au groupe le titre de « leader français de la préparation détail mécanisée », peut-on lire sur le site de l’entreprise.

Lire l'article: link

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 12:22

Le député PS de notre circonscription, porte-parole du PS à l’Assemblée et chargé de mission par le premier ministre, était à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Évry lundi soir. Il y a présenté en détail son pacte pour la croissance, la compétivité et l’emploi. Manque une prise de position claire contre l'ANI.

Thierry Mandon a défini les objectifs de sa mission gouvernementale. « J’ai décidé de me consacrer à la microéconomie, c’est-à-dire à la vie des entreprises. Je pense que nous ne sommes pas assez nombreux dans la majorité parlementaire à se focaliser sur ce thème. Nous devons mieux comprendre les enjeux de l’entrepreneuriat, que nous n’avions pas assez pris en compte dans l’affaire des Pigeons (forte contestation des entrepreneurs face à la loi de Finances du gouvernement). »

Un pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi a ainsi été annoncé, qui doit favoriser la concertation entre les dirigeants et les salariés. « C’est avant tout une avancée culturelle. Cet accord est primordial car si nous n’avançons pas ensemble, l’économie française ne pourra pas se relever. »

Dans ce pacte, le député essonnien annonce notamment la création d’un Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICÉ), à hauteur de 20 milliards d’euros. « Les conditions d’accès à ce crédit sont faciles à remplir. Mais j’ai besoin d’avoir des retours, d’exemples concrets sur les prêts de financement pour voir l’efficacité de cette mesure. »

Thierry Mandon propose également la mise en place d’un crédit d’impôt recherche, pour lequel les entreprises éligibles pourront demander des financements sur leurs créations prototypes. « On veut travailler de façon chirurgicale, détailler une cinquantaine de propositions, pas plus, pour mieux cerner et hiérarchiser les besoins des entreprises. »

Ne manque plus qu'une prise de position politique claire (comme c'est le cas pour le président du CG 91; lire: Guedj contre Chouat - Le Parisien 15 04 2013 Guedj contre Chouat - Le Parisien 15 04 2013 Désaccord à la tête du CG - Le Parisien 16 04 2013 Désaccord à la tête du CG - Le Parisien 16 04 2013 ) sur la politique désastreuse du gouvernement PS  et notamment sur la question de l'emploi, et notamment avec l'accord ANI-Medef qui permet désormais aux patrons de statuer sur l'emploi d'un salarié par-dessus les accords de branche et les conventions (lire Le Wall street journal écrit que cet accord est une victoire du patronat : Cliquez-ici)

Heureusement, le débat se poursuit au Sénat où les élus PCF-Front de gauche entendent bien faire flancher des élus PS pas tout à fait en phase avec la politique socio-libérale de leur gouvernement.

(lire: "Accord" sur l'emploi: aucun résultat à attendre  et  Empêchons une loi sur l'accord minoritaire sur la flexibilisation de l'emploi ); la-defiance-des-francais-envers-francois-hollande-s-accentue-) 

Allez, Monsieur le Député élu grâce à nos voix, encore un effort pour représenter réellement la gauche.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 16:00

Hier samedi matin, une cinquantaine de salariés du site PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont tenté d'entrer dans le centre des congrès de la Cité des sciences de la Villette où le PS s'était réuni. Après quelques heurts avec le service d'ordre, Harlem Désir a laissé les protestataires s'exprimer. 

Sur la scène du centre de congrès de la Cité des Sciences, Jean-Pierre Mercier, délégué CGT du site, a interpellé le gouvernement  pour qu'il «prenne ses responsabilités» sur le dossier PSA. L'entreprise a annoncé un plan social de 8.000 suppressions de postes et la fermeture du site d'Aulnay.

«C'est nous qui subissons de plein fouet cette guerre que les patrons nous ont déclaré», a lancé Jean-Pierre Mercier, délégué CGT. Alors, a-t-il dit, «le gouvernement et le ministre du Travail doivent absolument prendre leurs responsabilités», «la solution est d'intervenir politiquement, mettre tout son poids dans le dossier». Ils veulent la nomination d'un «médiateur avec de réels pouvoir» pour obtenir «au moins satisfaction sur le fait qu'on ne finisse pas au chômage. Ce n'est pas à Peugeot de faire sa loi». En des termes très vifs, il a estimé que les ouvriers s'étaient sentis «trahis» quand le gouvernement n'est pas intervenu. Sauf par le biais de la police de Manuel Valls! (lire: Contre les grévistes, Valls mobilise...ses services de police! )

«Ce sentiment de trahison, on est en train de le partager de chaque côté, il faut que ça s'arrête», a-t-il poursuivi. «Si on est seuls devant les patrons, devant les employeurs, forcément au nombre qu'on est, c'est peut-être eux qui vont remporter la manche mais on le paiera tous parce que c'est un boulevard qui est offert pour le Front national», a-t-il ajouté sous les applaudissements de la salle et sous le slogan «Le changement c'est maintenant» scandé par les autres salariés.

Une réunion a eu lieu entre les salariés et des représentants du PS.«Nous avons fait tout ce que nous pouvions faire avec les moyens qui étaient les nôtres et nous avons obtenu des résultats dont on peut-être relativement satisfaits», a commenté Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, peu après sur BFM TV. Mais nous, chère Madame, on est "relativement" pas du tout satisfaits: ce n'est pas ce changement pour lequel on a voté! Mardi soir à 19h, venez écouter Pierre Laurent (A 19h au gymnase Jean- Jaurès (métro Laumière).), secrétaire national du PCF-Front de Gauche: l'occasion de vérifier qu'à gauche, il y en a qui ne baissent pas les bras...

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans emploi
commenter cet article