Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 09:46

L’Essonne, j’y tiens ! 

Préservons notre département

Donnons-lui un nouveau souffle

 

JPS-fabienne-web.jpgAvec Fabienne Bellay et Jean-Pierre Sauvage

Dimanche 22 mars 2015, faisons le bon choix


Election départementale de mars 2015- Canton de Draveil

(Draveil, Soisy, Etiolles, St-Germain les Corbeil, Montgeron sud-ouest)

Pour :

-       Le bien-vivre ensemble

Pour :

-       La solidarité intergénérationnelle

Pour :

-       L’accueil de tous les enfants en crèche

Pour :

-       Des transports moins chers et plus nombreux

Pour :

-       Des espaces écologiques préservés de la promotion immobilière

Pour :

-       Des subventions accrues aux associations

Pour :

-       Des collèges rénovés, une formation post-bac

Pour :

-       Empêcher la droite et l’extrême-droite de réduire les services publics et la démocratie (comme ils le font dans leurs villes) 

Avec Fabienne Bellay et Jean-Pierre Sauvage

Dimanche 22 mars 2015, faisons le bon choix !


Cantonales2015 , 22 bis rue Lamartine, 91210 Draveil 

Pour nous joindre : 0687219759 ; cantonales2015.draveil@laposte.net  

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Edito
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:13

charonne 2015

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Coup de coeur
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:20

MUMIA souriantPour la libération de Mumia et l'abrogation de la Loi privant les prisonniers de Pennsylvanie de leur droit d'expression

RASSEMBLEMENT (18h) PLACE DE LA CONCORDE

Près de l'Ambassade des Etats-Unis / Rendez-vous angle rue de Rivoli - jardin des Tuileries / Métro : Concorde

Comme chaque premier mercredi du mois, nous donnons rendez-vous aux franciliens pour exiger la libération de Mumia Abu-Jamal.

Rappelons que le journaliste noir américain a déjà passé plus de 33 ans en prison dont 30 dans l'enfer du couloir de la mort. Il a toujours clamé son innocence sans jamais pouvoir la défendre face à un système judiciaire raciste et inéquitable. Arrêté et incarcéré à l'âge de 28 ans, il aura 61 ans le 24 avril prochain. Marié, père et grand-père, Mumia veut "rentrer à la maison". Agissons pour que sa libération et son retour auprès de siens interviennent le plus vite possible.

Ce rassemblement sera aussi l'occasion de protester contre la Loi "anti-Mumia" votée en octobre 2014 par le Parlement et le Sénat de Pennsylvanie. En effet, faute de pouvoir interdire le droit à la parole et à l'écriture au seul citoyen Mumia Abu-Jamal, cette loi prive désormais tous les prisonniers et anciens prisonniers de Pennsylvanie de leur droit d'expression.

Il en est de même pour les familles des prisonniers (et leurs soutiens) qui s'exposeront à des poursuites judiciaires dès lors qu'ils s'exprimeront publiquement sur les condamnations de leurs proches ou les conditions de la vie carcérale.

Cette législation liberticide et inconstitutionnelle fait l'objet d'un recours en justice déposé par des organisations de défense des droits humains, des journalistes et des prisonniers.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Coup de coeur
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 13:41

table-marche--1er-fev-1.jpgLa campagne pour les élections départemantales est bien lancée: à Draveil, les candidats Pcf-Front de Gauche sont sur le terrain.

Matinée fraîche au marché de Draveil ce matin, mais chaleureuse à la table des candidates et candidats PCF-Front de gauche: vin chaud servi aux passants et amis, distribution de l'appel pour les départtable-marche--1er-fev-5.jpgementales, souscription pour la campagne, échanges constructifs.
Toute la semaine, on continue, suivez-nous sur notre page Facebook et sur ce blog, soutenez-nous, rejoignez-nous.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Actualité
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 09:03

75% de participation, 36,3% des voix et 149 députés, voilà les faits. Syriza emporte une majorité écrasante aux élections législatives, à deux sièges de la majorité absolue, laissant Nouvelle Démocratie du premier Ministre sortant Samaras à 9% derrière. La poussée de la gauche grecque écarte le danger d’Aube Dorée qui ne retrouve pas son score des dernières élections. 

Les partis : communiste, centriste et de droite souverainiste se maintiennent ou entrent à la Vouli. Seuls 35% des électeurs grecs ont soutenu les partis qui avaient fait alliance avec la Troïka. Le Pasok (socialiste) échappe à l’humiliation mais Georges Papandréou qui avait créé son parti il y a quelques mois échoue à revenir au Parlement. Pour la première fois depuis 1974 aucun Papandréou ne siègera à la chambre.

Durant cette campagne courte, trois semaines, depuis l’échec de l’élection d’un Président de la République le 29 décembre dernier, rien n’a été épargné à Syriza. Les reproches faits au parti de la gauche grecque étaient nombreux mais désordonnés, comme si l’ensemble des classes politiques européennes avaient fait leur deuil de la victoire de Samaras.

Madame Merkel tonnait des menaces qui se sont révélées contre productives. Son mépris, sa morgue n’ont fait que renforcer les grecs dans leur opposition aux politiques qu’elle représente. L’Union européenne par la voix de Pierre Moscovici avait aussi tenté une opération de sauvetage de l’attelage Nouvelle démocratie, Parti Socialiste qui s’est révélée désastreuse.

La droite européenne et grecque ont tenté le scénario de la peur et du chaos. Désormais ce qui prime ce sont deux arguments plus subtils mais tout aussi malsains et méprisants. Premièrement « vous ne connaissez pas le programme de Syriza en fait il ne va pas très loin et il n’y aura pas de grands bouleversements », ou bien « la réalité va ramener Tsipras à la raison… et il ne se passera rien ».

Les ennemis d’hier s’essaient même à lui donner quelques conseils, lui demandant de se limer encore un peu les dents avant que de rencontrer ses partenaires européens.

Il y a dans ces discours tout le mépris d’une certaine classe dirigeante européenne qui ne peut admettre que l’on puisse concevoir l’Europe autrement. Le TINA (There is no alternative) a fait des ravages et les grecs, une fois l’euphorie de l’élection passée, devront se plier de gré ou de force à la volonté de ses bailleurs de fonds. Il y a un vieux fonds de procès en illégitimité politique qui plane sur cet objet politique mal connu qu’est Syriza. Un parti qui était autour de 6% en 2009, qui devient le premier parti d’opposition en 2012 et qui arrive au pouvoir en 2015.

Ces discours, ces arguments des opposants à Syriza n’ont pas eu de prise sur un peuple qui souffre et qui de plus ne voit pas le bout du tunnel. N’oublions pas que toutes les politiques d’austérité voulues par le PASOK et Nouvelle démocratie n’avaient pour but officiel que de réduire la dette grecque. En 5 ans elle est passée de 94% à 175% du PIB. Le peuple d’Athènes n’est pas fou, il a bien compris que ces politiques avaient bien un autre objectif, celui de se servir de la Grèce comme cobaye dans une vaste opération programmée de reculs sociaux, économiques et politiques.

Souvenons-nous que la Grèce est le seul pays de l’Union européenne qui a en une nuit fermé le signal de ses chaînes publiques. Et ce n’est là qu’un exemple parmi des centaines d’autres. Des centaines d’entreprises fermées, des centaines de milliers de jeunes y compris diplômés contraints à l’exil. 45% de la population hors de toute protection sociale. Le retour d’une médecine d’urgence comme dans les pays en guerre ou en proie à une catastrophe naturelle. Des dettes et des taxes impossibles à régler par la majorité de la population.

Syriza et Alexis Tsipras ont conscience de l’état du pays. Ils savent aussi qu’ils sont porteurs de l’espoir du peuple grec épuisé par ces années de sacrifice sans résultats. Ils savent que rien ne leur sera épargné ni le chantage de la Troïka, le vice-président de la BCE et la Présidente du FMI ont, dès lundi 26, rappelé la nécessité de payer la dette et qu’aucun effacement n’était prévu à ce jour.

Mais comme en 2005 quand la France avait su dire non aux diktats de l’Union Européenne et de la plupart des dirigeants de droite ou socialiste pour ne pas ratifier le Traité constitutionnel européen, le peuple grec ne veut plus qu’on lui dicte ce qu’il a à faire et à choisir. L’élection de dimanche a comme première vertu de redonner aux grecs la dignité, dont leurs dirigeants les avaient privés depuis des années.

Le programme économique de Syriza est un programme de nette rupture avec les politiques menées. Il mise sur la croissance par le retour de l’investissement public et par la relance de la consommation interne en arrêtant les ponctions sur les salaires et les retraites. Il parie aussi sur une lutte sans merci contre l’évasion fiscale et contre les oligarques armateurs qui se sont toujours arrangés pour échapper à l’impôt.

Même ceux qui avaient refusé de recevoir le chef de l’opposition qu’était Alexis Tsipras (fonction constitutionnelle en Grèce) il y a quelques années, se précipitent pour le féliciter, le gouvernement socialiste français en tête, tout en minimisant l’ampleur du programme de Syriza et sa capacité à le mettre en œuvre. Mais la gauche grecque a appris à se méfier de ceux qui pratiquent la stratégie de l’araignée.

En un mot comme en mille ce qui s’est passé ce dimanche en Grèce est bien une déflagration en Europe. Pour la première fois un parti va mener une politique anti austéritaire au sein de la zone euro. Combien auraient été heureux les Merkel, Hollande et autre Junker d’entendre Alexis Tsipras annoncer la sortie de l’Euro voire de l’Union européenne. Le futur Premier Ministre grec, si son combat est national, est aussi profondément européen. Pour une autre Europe pétrie de justice, de solidarité, d’aide au développement et de coopération. En totale contradiction avec l’Europe froide guidée par les marchés qui ne pense que concurrence et se moque du coût humain des politiques dites de « restructurations compétitives ».

Il y a fort à parier que ce qui va se passer en Grèce va être disséqué, voire travesti ou caricaturé.

C’est sur les points cardinaux du programme économique de Syriza : 1) renégociation de la dette, 2) répondre à l’urgence humanitaire en direction des familles sous le seuil de pauvreté, le relèvement des salaires et des pensions, 3) relancer l’économie et la création d’emplois par une réforme fiscale juste, la création d’une banque publique consacrée à l’aide aux PME, le rétablissement du SMIC et l’arrêt des privatisations que l’accord de gouvernement s’est fait avec le parti souverainiste des « Grecs indépendants ». Les autres partis étaient soit compromis dans les politiques menées par la Troïka et donc exclus du champ des possibles, soit, comme le Parti Communiste de Grèce, à qui la proposition de participation voire de soutien a été faite et qui n’a accepté que de soutenir les projets de lois au coup par coup.

Les difficultés sont là et bien là mais faisons confiance à nos amis et camarades grecs pour les surmonter. Ils peuvent compter sur la solidarité du front de gauche ainsi que de nombreux citoyens socialistes et écologistes. En témoigne leur présence au gymnase Japy et place du colonel Fabien dimanche soir.

Les forces qui rejettent l’austérité et le démantèlement des acquis sociaux en France sont nombreux à gauche. Le chemin pour parvenir à la victoire, comme à Athènes, ne sera certainement pas le même, mais il y a fort à parier que l’exemple de la victoire de Syriza peut permettre d’accélérer le processus de dialogue et de proposition de la gauche française. Celle qui n’a pas renoncé et ne renoncera pas à changer la vie.

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Coup de coeur
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:38

VoixLibre

9 ans d'écrits et d'actions face à la Droite à Draveil

couverture--VoixLibre.jpgL'ouvrage regroupe les principales publications du blog Voilibredraveil et retrace neuf années de liberté de parole, de combats de la gauche active et de son élu, face à la majorité de droite (mais pas seulement!) à Draveil.

A travers les publications régulières, le lecteur revit neuf années de vie draveilloise, vues sous un angle original, non inféodé au pouvoir UMP local. Une voix libre qui n’est pas près de s’éteindre…

Cliquez ci après pour le commander:link

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Coup de coeur
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 15:16

Les sénateurs du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) ont réclamé l'annulation de la dette des collectivités mises "les plus en difficulté" par les emprunts toxiques dont les taux d'intérêt sont liés à l'évolution du franc suisse qui vient de s'envoler. Avec les candidats Front de Gauche aux élections départementales, je m'associe à cette démarche.

JPB-2013-centre ville"Il faut annuler et racheter la dette des collectivités les plus en difficulté!", demandent les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, estimant que "le gouvernement doit prendre ses responsabilités". "Il faut majorer les ressources du fonds de soutien" mis en place par le gouvernement "et revoir ses critères d'intervention", ajoutent-ils. Selon eux, ce fonds de soutien "risque fort (..) de ne pas suffire à répondre aux besoins des 1.600 collectivités et établissements concernés et aux contraintes nouvelles créées par cette situation". 

Les sénatrices et sénateurs CRC reprochent en même temps à ce fonds d'avoir été "mis en place de manière discutable contre l'abandon des poursuites à l'encontre des prêteurs et notamment de Dexia, principal distributeur de tels produits insensés".

La décision de la Banque centrale de Suisse de laisser le franc suisse se détacher de son cours pivot, rattaché aux autres devises importantes de la planète, "atteste de la mauvaise santé générale, au plan économique et social, de la zone euro, et accuse une fois encore les politiques d'austérité de comprimer les potentiels de croissance et de progrès des pays participants". "Elle est porteuse de nouvelles difficultés pour nos comptes publics, pour la Sécurité sociale et pour de nombreuses collectivités territoriales" dont une partie de la dette sociale est libellée en francs suisses et "se trouve par conséquent sensiblement renchérie par cette valorisation de la monnaie confédérale".

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans voilibredraveil
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:35

école JaurèsN'oubliez pas: Vous pouvez dès cette année souscrire à l'appel aux dons de DraveilàGauche afin de nous permettre de récupérer les 3700 euros manquants pour solder nos emprunts et poursuivre de plus belle la bataille de la gauche à Draveil, avec vous.

Rappel: vos dons seront déductibles des impôts 2016 à 66%.
Chèque à l'ordre de ADF91
DraveilàGauche, 22 bis rue Lamartine Draveil

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Actualité
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:39

« Nous avons tenu à élargir nos discussions avec nos amis et partenaires du Modem mais également avec les forces de Nicolas Dupont-Aignan », rappelle le président de l'UMP91 et candidat sur Draveil. Oubliés, l'épisode de l'agglo et son éviction par Durovray. Oubliée l'attitude du Modem 91 aux législatives où il a perdu son siège...

Dans la presse de cette semaine, on découvre en Essonne une « droite rassemblée », selon les mots employés par les deux chefs de file essonniens de la Droite UDI et UMP pour évoquer l’accord conclu entre les deux partis. L’objectif de cette union est clair : « faire basculer le département », à droite évidemment! (lire l'article sur Essonne-info: ici)

Amusant si ce n'était inquiétant pour les populations! La droite aux manettes ne pourra y parvenir qu'avec les voix du FN qui va négocier postes et surtout contenus. Quand on voit ce qui se passe dans les villes FN, on craint le pire!

De plus, dans le contexte d'austérité mis en place sous Sarkozy et consolidé sous Valls/Hollande, on les voit mal remettre en place les participations départementales aux associations, aux structures petite enfance, ne pas augmenter les tarifs des restaurants de collèges, maintenir des subventions aux transports pour garantir les tarifs des billets; entre autres...

Peuvent-ils croire que l'on va oublier la gestion Dugoin en Essonne, la gestion Giraud en Ile de France, la gestion Sarko en France? Peuvent-ils penser que l'UMP et son chef de file vont oublier l'épisode de l'agglo et son éviction par Durovray? Oublier l'attitude du Modem 91 aux législatives où il a perdu son siège? Un après-29 mars à droite en Essonne ravivera les rancœurs et laissera la place aux règlements de comptes. 

Face à cela, le PS joue la "cour d'école" en présentant partout ses candidats sans tenir compte des autres forces et de leur légitimité, comme c'est le cas à Draveil. Faisant cela, ils dressent le lit de l'UMP et du FN.(lire:  Départementales: à Draveil, on croit rêver...)

Le Front de Gauche avance sans masque: contre la droite et le FN, contre l'austérité Valls/Hollande et ses conséquences locales. Ses candidats sont motivés, non pas par des sièges et des avantages, mais par la défense des populations. Donnez-leur de la voix le 22 mars.

 

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Edito
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 09:12

La presse départementale nous apprend que la droite extrême draveilloise a rejoint l'ultra-droite Dupont-Aignan pour les élections de mars 2015; on s'en doutait un peu !

C'est donc officiel: Debout La France, qui flirte avec l'extrême-droite lepéniste, a "recruté" le chef de file de la droite extrême draveilloise (dont les sympathies frontistes ne sont un secret pour personne) pour porter ses couleurs aux départementales de mars.

On aura donc, face à l'UMP, le candidat de l'ultra-droite de Dupont-Aignan, 100% à droite! Gageons que nous aurons une fois de plus des échanges "amicaux" entre les deux factions, bien loin des attentes des habitants en matière de service public, d'aide aux familles et de démocratie! Sans compter les candidats FN déclarés.

En lice aussi, le candidat Eelv-Ps (adversaires en 2014, combinards aujourd'hui), qui habite Paris, n'est jamais à Draveil où il s'est pourtant fait élire (en binôme avec une candidate estampillée PS, non draveilloise aussi), et dont le seul but est de se mettre sur les rangs pour les régionales de décembre. Bien loin, très loin des attentes des habitants de notre secteur aussi!

A gauche, les candidates et candidats Pcf-Front de Gauche, femmes et hommes de terrain, investis dans la vie locale, y travaillant et/ou y habitant, disponibles, à l'écoute. Pas une voix pour la droite, l'extrême-droite ou l'ultra-droite, pas une voix pour les imposteurs et les combinards: le 22 mars, comme en Grèce ce dimanche, à gauche toute!

Titulaires : Fabienne Bellay, Jean-Pierre Sauvage

Suppléants: Maria-Rita Cherrier, Sylvain Picard

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Actualité
commenter cet article