Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2005 5 09 /12 /décembre /2005 14:38

Quelques semaines après son introduction en bourse, les salariés d’EDF sont astreints à en payer le prix fort: 6 000 emplois seront supprimés d’ici à 2007.

Une annonce saluée aussitôt par la hausse de l’action EDF sur le marché boursier, après un départ frileux malgré un grand plan de pub (au passage, doit-on rire ou s'insurger face à cette pub qui dit que le service public "est à nous"... une fois privatisé!). Faire du fric, beaucoup de fric pour rétribuer le capital privé tel est  désormais l’objectif premier de l’entreprise.

 

Le gouvernement et la direction d’EDF ont menti en présentant l’ouverture du capital comme une nécessité économique qui ne toucherait pas à la situation des salariés. Ils récidivent aujourd’hui en prétendant que la baisse de la part des salaires dans l’économie de l’entreprise « permettra d'installer plus de 5.000 mégawatts supplémentaires sur le territoire français». Mais avec quel personnel ? Le gouvernement et la direction bradent, cassent l’entreprise et réclament des félicitations. Assez de cynisme et de mépris !

 

Dans l’histoire sociale de notre pays, à chaque fois que l’on a attaqué les salariés, les usagers ont vu la réponse à leurs besoins diminuer.

 

Cette décision scandaleuse et totalement injustifiable, va peser sur les conditions de travail de tous les salariés d’EDF, réduire la qualité du service rendu aux usagers, favoriser les externalisations et les emplois précaires sous rémunérés, boucher encore l’avenir de notre jeunesse.

 

Voilà comment on entend mener la politique énergétique de notre pays : au gré du Cac 40 ! Une orientation que défend notre député maire UMP, (très) proche du gouvernement De Villepin. Nous en voyons les conséquences sociales immédiates, mais les conséquences sur l’environnement, l’aménagement du territoire et la sûreté de l’approvisionnement ne tarderont pas à se faire jour.

 

Les agents d’EDF, et les usagers doivent se faire entendre. Je serai à leur coté.

Jean-Pascal Bonsignore

Conseiller municipal de Draveil, conseiller d’agglomération

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Edito
commenter cet article
29 novembre 2005 2 29 /11 /novembre /2005 19:17

La retraite à 67 ans revient dans le débat européen
20/11/05 - Dans toute l'Europe, le débat va bon train sur l'allongement de l'âge de la retraite, perçu comme une réponse au vieillissement démographique et à la crainte de voir les systèmes actuels de financement devenir ingérables. En moins d'une semaine, la question a refait irruption dans le débat public de trois grands pays de l'Union européenne. En
Allemagne, l'allongement de l'âge de la retraite figure au programme du nouveau gouvernement de la grande coalition signé officiellement le 18 novembre. D'après l'accord, à partir de 2012, les Allemands devront travailler un mois de plus chaque année, si bien que l'âge légal de départ sera de 67 ans en 2035, et les cotisations seront augmentées.

En Espagne, le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero vient de présenter un projet de réforme visant à prolonger de deux ans l'âge légal de la retraite (65 ans) et à décourager les préretraites (41 % des travailleurs espagnols partent en retraite de façon anticipée). Enfin, en Grande-Bretagne, la Commission des retraites, mise en place par Tony Blair pour préparer une réforme, va lui proposer de relever l'âge minimum du départ à la retraite de
65 à 67 ans à partir de 2020 pour percevoir les allocations minimum versées par l'Etat, en échange d'une revalorisation de celles-ci. Dans l'Union européenne, seul le Danemark avait jusqu'à présent repoussé à 67 ans l'âge minimum pour toucher une retraite à taux plein.
Depuis plusieurs années, des institutions internationales comme l'OCDE, le FMI et l'Union européenne recommandent de retarder l'âge de la retraite. Pour eux, allonger la période de cotisation et raccourcir le temps de retraite est le seul oyen pour rééquilibrer les systèmes nationaux, qui  ne peuvent supporter en l'état l'allongement de la durée de vie et la ourbe
démographique. En France, le débat sur une modification de l'âge légal - 60 ans, le plus bas de l'Union européenne - n'est pas d'actualité. Mais en allongeant la durée de cotisation à 42,5 ans pour tous les salariés, la réforme des retraites de 2003 a de fait repoussé l'âge de la retraite. Et la question se reposera dans moins de 15 ans, d'après le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) qui remettre son rapport avant la fin de l'année.
> Article du Monde du 21 novembre - "Espagne, Allemagne et Royaume-Uni
veulent retarder l'âge de la retraite au-delà de 65 ans" :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-711952@51-712077,0.html

Repost 0
Published by voixlibre - dans Edito
commenter cet article
29 novembre 2005 2 29 /11 /novembre /2005 19:13

Frits Bolkestein entre au conseil d'administration d'Air France-KLM
PARIS, 23 nov 2005 (AFP) -
La nomination du Néerlandais Frits Bolkestein au conseil d'administration d'Air France-KLM a été entérinée mardi soir par le conseil d'administration du groupe, a annoncé mercredi une porte-parole d'Air France-KLM. Il est incontournable, et siège maintenant aux côtés de Jean Cyril Spinetta qui fait partie de cette "gauche de gouvernement" comme ils disent... Sans commentaire...

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
24 novembre 2005 4 24 /11 /novembre /2005 15:39

Fonction publique

 

Lors du débat sur les crédits de la fonction publique, Georges Tron, rapporteur UMP a déclaré que "Le poids de la dépense en personnel obérant toutes les marges de manoeuvre budgétaires, il faut aller vers une réduction des effectifs en ne remplaçant qu'un sur deux des 75.000 à 80.000 départs à la retraite prévus dans les dix années qui viennent.

 

Il a souligné que : "La croissance de l'emploi public s'explique en majeure partie par celle de la fonction publique territoriale, qui comptait 1,52 million d'agents en 2003 et qui progresse de 4 %, hors emplois aidés. En un an, elle a absorbé 60 % des 100.000 emplois publics créés, contre 13 % pour l'État et 27 % pour la fonction publique hospitalière."

 

"En 2006, le plafond d'emploi diminuera de 5.318 ETPT au titre de l'effort de réduction des effectifs. Si l'on additionne cette diminution avec celles des années précédentes, on obtient 25.000 emplois supprimés sur 2,5 millions d'emplois d'État. Certains ministères font des efforts plus importants, en particulier l'Agriculture, l'Équipement ou l'Économie. A l'opposé, les plafonds de l'Enseignement supérieur et recherche, de la Défense, de l'Intérieur et de la Justice augmentent, ce que l'on peut parfois comprendre".

 

Pour en savoir plus, lire  le Compte rendu Commission des finances Assemblée nationale Jeudi 10 novembre sur le  site web du gouvernement.

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans emploi
commenter cet article
23 novembre 2005 3 23 /11 /novembre /2005 20:49

La démocratie est décidemment bien fragile !

(extrait d'un mail reçu d'un abonné au blog)

Lorsque les passages à l'acte de quelques jeunes permettent au gouvernement de mettre en place des mesures exceptionnelles telles que la déclaration de l'état d'urgence avec instauration de couvre-feux, toutes les dérives sont possibles... : 

 

- G. Tron interdit maintenant à un élu de la ville le droit de réunion !

 

 - en PJ un débat (sur le site du Monde) avec la vice-présidente du Syndicat de la Magistrature.

 

 

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/00/80/46/urgence--un-risque-pour-la-democratie.doc

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans humeur
commenter cet article
23 novembre 2005 3 23 /11 /novembre /2005 20:29

La fameuse directive Bolkestein sur les services est de retour.

 

Elle revient en débat à la commission Marché intérieur du Parlement euro­péen. Un document épais de 190 pages, présentant le projet de législation copieusement amendé mais fidèle au projet initial de libéralisation et “ d’éli­mination des barrières ” nationales.

 

Loin d’être enterrée, comme avait tenté de le faire croire Jacques Chirac avant le référendum sur le traité constitutionnel européen, la directive Services est bien vivace. Peut-être plus dangereuse que jamais.

 

Sur les points les plus politiques, aucun compromis n’a été trouvé avec les deux grands groupes de droite, les conserva­teurs et les libéraux tandis qu’à gauche les communistes trouvent le projet pro­posé, dit “ paquet Gebhardt ”, trop flou.

 

Deux articles font particulièrement pro­blème, celui abordant le champ d’appli­cation de la directive et celui définissant la législation applicable au prestataire de service.

 

Sur ces points, la droite est très remontée et on pointe la duplicité de l’UMP qui, à Paris, se cache derrière Chirac et ses mensonges sur le “ retrait ” de Bolkes­tein, alors qu’à Bruxelles et Strasbourg,  ce parti joue à fond la carte de la libé­ralisation des services.

 

La droite a refusé d’exclure de la direc­tive les services d’intérêt économique général (SIEG), qui incluent les services publics. Elle n’est prête qu’à quelques dérogations pour des secteurs tels que la santé, la culture, l’audiovisuel. Pour l’éducation et l’assistance sociale, cer­tains à droite hésitent. En revanche, cette droite semble décidée à faire sauter les dernières protections en matière d’eau, de transport, d’énergie.

 

Sur la législation applicable au presta­taire de services, cette droite remet en selle, sous la dénomination de “ clause de marché unique ”, le “ principe du pays d’origine ” (PPO) qui a alimenté au sein des syndicats les craintes légiti­mes de dumping social et salarial. Pour la droite, le principe du pays d’origine finira par s’imposer, si besoin par les tribunaux : la directive ne servirait alors qu’à “ mieux ” l’encadrer.

 

Les communistes s’opposent au projet sur ce point. Pour leur groupe parle­mentaire, “ quand les syndicats euro­péens ont manifesté contre la directive Bolkestein à Bruxelles en mars, même les conservateurs étaient en train de se dire qu’il fallait renforcer les protections sociales. Ensuite, la mobilisation a faibli et la droite est revenue sur des positions très dures. Il faut relancer les campagnes au niveau européen et dans les pays membres pour remettre la pression sur les eurodéputés.
Repost 0
Published by voixlibre - dans humeur
commenter cet article
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 12:33

 

 

 

Samedi 19 novembre 2005

 

 Le maire de Draveil me fait interdire l’accès à la maison de quartier des Mazières

 

 Suite au refus du maire de Draveil d’attribuer une salle aux habitants pour rétablir le dialogue dans les quartiers de la ville, j’ai demandé moi-même une salle à la maison de quartier jeudi 17 novembre afin de leur permettre de se rencontrer ; refus du maire, après qu’il ait pris un arrêté interdisant tout rassemblement sur la place publique.

 

 

Me rendant ce jeudi dans la maison de quartier afin de rencontrer les usagers et les informer de ma demande, je me suis fait apostropher devant témoins par l’un des adjoints au maire sous le prétexte de « trouble de l’ordre public » ; quittant alors les lieux pour ne pas provoquer d’échauffourée, j’ai saisi le maire par courrier (ci-joint) pour obtenir une salle de réunion en un quelconque point de la ville (puisqu’il ne souhaitait pas le permettre à la maison de quartier des Mazières, réputé « quartier encore sensible).

 

 

Me rendant ce vendredi 18 novembre à 18h à la maison de quartier pour informer les habitants présents de ma demande, je me suis vu interdire l’entrée par deux animateurs, missionnés par l’administration municipale à cet effet. Ne souhaitant pas aller à l’affrontement bien qu’étant dans mon droit légitime, ni mettre en difficulté des personnels pouvant avoir été contraints d’effectuer une tâche qui ne leur incombe en aucune manière et pour laquelle ils ne sont pas habilités, j’ai décidé de faire constater l’état de fait par deux témoins et de porter l’affaire devant le tribunal administratif de Versailles compétent en la matière, sans préjuger des éventuelles voies de fait dont je pourrai être victime lors de ce constat, et pour lesquelles je porterai évidemment plainte.

 En aucune manière, je ne laisserai le maire de Draveil continuer de franchir la ligne des libertés fondamentales des individus, a fortiori élus par les citoyens de Draveil.

 En interdisant les rassemblements de dialogue, en interdisant l’accès aux lieux publics selon son bon gré, le maire de Draveil fait offense à la République. Les habitants ont le droit au dialogue, tout élu a droit d’accès à un lieu public, comme il doit pouvoir disposer d’un espace lui permettant de rencontrer les habitants de sa commune. Le maire d’une commune doit permettre l’expression démocratique inscrite dans notre Constitution. Je m’attacherai sans relâche à faire valoir ces droits.

Jean-Pascal Bonsignore

Conseiller municipal de Draveil, Conseiller d’agglomération

Communiqué à la presse

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Quartiers
commenter cet article
18 novembre 2005 5 18 /11 /novembre /2005 12:54

Voici la lettre que j'ai envoyée ce jour au maire de Draveil, pour qu'il permette le dialogue dans notre ville.

Jean-Pascal Bonsignore                                                                  le 18 novembre 2005

 

Conseiller municipal de Draveil

 

Conseiller d’agglomération

 

 

 

 

 

Monsieur Georges Tron

 

Député-maire de DRAVEIL

 

 

 

 

Monsieur le Député-maire,

 

 

Par lettre du 8 novembre 2005, je sollicitais de votre bienveillance la décision d’ouvrir aux  citoyens trois lieux publics: les maisons de quartier des Bergeries et des Mazières, et le centre social Oberkirsch,  pour qu’ils puissent prendre, s’ils le souhaitent, toutes initiatives pouvant favoriser le dialogue entre générations et reconstruire la paix. 

 

 

Sans réponse de votre part au jour d’hier, j’ai sollicité de vos services la mise à disposition d’un espace jeudi 17 novembre à la Maison de quartier des Mazières afin de rencontrer ailleurs qu’au froid les habitants qui m’avaient sollicité. Cette demande m’a été refusée sans autre raison que la menace de « troubler l’ordre public » ;

 

 

Aussi je sollicite à nouveau de votre bienveillance la mise à disposition d’une salle pouvant accueillir une cinquantaine de personnes, ce jour vendredi 18 novembre 2005 de préférence en fin d’après midi. Dans la négative, que vous saurez me justifier, je serai preneur de toute autre proposition de lieu et de date dans les meilleurs délais.

 

 

Dans l’attente de votre réponse que j’espère, comme l’espèrent aussi les habitants, positive, recevez mes salutations distinguées.

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
17 novembre 2005 4 17 /11 /novembre /2005 15:33

Communiqué de presse

 

le 17 novembre 2005

 

 

A Draveil, interdiction de dialogue social…

 

Sans autorisation du député-maire !

 

 

Le maire UMP de Draveil persiste et signe. Non content d’interdire à l’élu d’opposition, par arrêté, de rassembler les familles et les jeunes de Draveil sur une place publique pour dialoguer et tenter de rétablir la paix dans les quartiers (avec sommation policière !), il m’interdit de rencontrer aujourd’hui  habitants et jeunes des Mazières dans la maison de quartier, lieu public ouvert à tous, à une heure où l’équipement est ouvert à la population et à fortiori aux élus !

 

 

Après sa scandaleuse déclaration, reprises sur toutes les ondes et toutes les chaînes nationales, de supprimer les aides sociales municipales aux familles déjà en détresse dont les enfants auront été condamnés, après son annonce de proposer une loi pour supprimer les allocations familiales aux mêmes familles, une question se pose : jusqu’où ira le député UMP pour atteindre son rêve de toujours : devenir Ministre ? Plus rien ne l’arrête, et peu importe qu’à Draveil, d’autres tentent de calmer le ras-le-bol et de faire émerger des propositions de progrès pour vivre mieux ensemble ! 

 

Pour ma part, avec tous les habitants, les acteurs sociaux, les Draveillois attachés au lien social et humain qui a fait et fait l’histoire de Draveil, je poursuivrai mon action pour permettre l’égalité sociale, culturelle, intellectuelle et morale de toutes et de tous, sans distinction d’origine sociale, ethnique, géographique ou politique.

 

Je serai présent ce soir avec les jeunes des Mazières qui veulent bâtir avec moi un projet pour la jeunesse (ce qui ne se fait pas à Draveil), je les accompagnerai dans le lieu public qui est le leur et le mien, je porterai leurs attentes devant l’institution municipale et les aiderai à obtenir les aides des autres institutions dont ils pourraient bénéficier.

 

J’appelle les Draveillois à me rejoindre dans cette action : il est temps que cesse le régime d’exception qui recouvre Draveil depuis 1995 ! Le maire et son équipe doivent respecter la démocratie républicaine qui fait la fierté de notre pays.

 

Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal, conseiller d’agglomération,

 

membre de l’exécutif de l’ADECR 91.

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 00:00

Suite à mon appel à se rassembler jeudi dernier aux Mazières, et suite à ma demande d'ouvrir des lieux de dialogue aux habitants et aux jeunes (voir article plus bas sur ce blog), le député-maire UMP de Draveil répond... par le silence. C'est vrai qu'il est plus occupé à faire savoir à la télé et sur les radios qu'il va priver des familles draveilloises en difficultés avec leurs jeunes, des aides municipales facultatives, s'attirant ainsi les faveurs du premier Ministre!

Réagissez sur ce blog au 4-pages municipal et aux décisions inacceptables du Maire. Publiez un commentaire ou envoyez un mail sur voixlibredraveil@voila.fr

Dans le Parisien de samedi dernier, un article sur l'annonce du maire de Draveil et la réaction de JP Bonsignore; cliquez ci-après pour le lire http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/00/80/46/parisien-draveil-12-11-05.jpg

Lundi 14 nov , notre ville est passée sur FR3 Idf, FR3 national, sur France Inter; JP Bonsignore a pu répondre aux décisions inacceptables du maire. Si le blog le permet, des images bientôt en ligne.

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article