Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 18:53

Signez la Lettre ouverte au Député-maire de Draveil 

et au Ministre de la Ville et de la Cohésion sociale

 

 

Les services au public

doivent se développer à Draveil

 

Avec Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal,

conseiller d'agglomération,

 

nous soutenons cette exigence et à cet effet, nous proposons des solutions pour en assurer le financement .

 

Pour télécharger la pétition, cliquez sur le lien ci-dessous:

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/00/80/46/services-publics-lettre-ouverte-tron-fev2006.rtf

Une fois remplie, copiez-la et envoyez-la en fichier joint sur le mail:

voixlibredraveil@voila.fr

Chaque semaine, le résultat des signatures en ligne sur ce blog

Premier rendez-vous des signataires:

- mardi 14 mars à 21h au Conseil municipal d'orientations budgétaires (café-cultures)

2° rendez-vous d'action:

- lundi 29 mai (un an après la victoire du NON au référendum)

Delete

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 18:38

Le Premier Ministre vient d’annoncer la fusion de Gdf et de Suez. Les conseils d’administration des deux entreprises ont été convoqués . Cette précipitation est en soi inquiétante et laisse mal augurer des choix majeurs arrêtés sans réel débat public.

 

 La menace de l’OPA d’ENEL n’a-t-elle vraiment été brandie que pour accélérer le projet de rapprochement de Suez et de Gaz de France ?

 

 Dans les faits une fusion des deux entreprises ne peut aboutir qu’à diluer la propriété publique. La logique de privatisation amorcée avec l’ouverture du capital d’Edf et de Gdf va être dominante dans un secteur pourtant stratégique pour l’emploi, l’industrie et l’indépendance économique.

 

 Les conséquences sociales risque d’être importantes pour les 160 000 salariés de Suez et les 8 000 agents en propre de Gdf ainsi que les 60 000 agents des services communs Edf-Gdf.

 

 La fusion Suez-Gdf face à Edf consacrerait la mise en concurrence de deux grandes entreprises nationales de l’électricité et du gaz. C’est un beau gâchis qui se prépare. Que va-t-il demeurer de l’intérêt national et des principes du service public ?

 

 La Cgt est hostile à cette opération et demande que s’ouvre dès ce lundi un vrai débat qui porte sur les enjeux économiques et financiers de l’avenir du secteur énergétique. Elle refuse de se faire enfermer dans une problématique de réponse au coup par coup, comme cela se dessine avec ce choix de la fusion Suez-Gdf sans que l’ensemble des questions posées soient traitées au niveau européen comme au niveau national.

 

 

 L’avenir du groupe Suez doit être assuré tant sur la partie environnement que sur la partie énergétique. 

 

Je m'associe à ce refus de fusion: l’avenir de Gaz de France doit, lui aussi être assuré sans remettre en cause la maîtrise publique associée aux limites à l’ouverture du capital fixées par la loi. Enfin, la mixité entre Edf et Gdf du service assurant la distribution d’électricité et de gaz doit impérativement être préservée.

Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal de Draveil, conseiller d'agglomération

Dans une enquête du Monde, une majorité de lecteurs craint la privatisation de GDF

Voir l'enquête en cliquant ci après:

http://www.lemonde.fr/web/votreavis/0,25-0,1-0,0.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans emploi
commenter cet article
24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 19:28

Les salariés de la Corderie Prieur basée à Breuillet mènent une lutte exemplaire depuis 6 semaines en occupant leur entreprise.

 

La société Meyer Sansboeuf, propriétaire de l’entreprise, assoiffée de profits, vient de licencier les 42 salariés du site et veut délocaliser dans un premier temps son activité en Alsace.

 

Le mépris et le non respect des droits des salariés sont flagrants.

 

Déterminés, les salariés occupent donc l’entreprise et empêchent à ce jour le déménagement des machines dans l’attente de véritables négociations avec la direction.

 

Philippe Camo, conseiller régional et Bernard Véra, sénateur communiste de l'Essonne, dès le début du conflit, se sont rendus sur le site pour apporter leur soutien aux salariés.

 

Le mutisme de la direction fait craindre dans les jours qui viennent à une tentative de coup de force. Le mutisme de nos dirigeants UMP est éloquent: quand le patronat licencie, ils ferment les yeux. A quand une loi anti-licenciements pour raisons boursières? Il est temps de changer nos députés!

En accord avec les salariés de la Corderie, un réseau de vigilance citoyenne vient de se mettre en place pour protester le cas échéant contre le déménagement des machines.

 

Tous les Draveillois -et au delà- sont invités à rejoindre et faire vivre ce réseau de vigilance citoyenne pour défendre l’emploi dans le Sud Essonne.

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 17:39

L'eau, une source de gros profits

 

L’UFC-Que choisir dénonce, dans un rapport cinglant, des prix de l’eau « abusifs » dans les grandes villes françaises.

 

Les Français payent très cher leur eau. Trop cher ? C’est l’avis de l’UFC-Que choisir. Dans un rapport cinglant, rendu public hier, l’association de consommateurs a comparé les prix de - revient et les prix de vente dans trente et une communes. Résultat : des tarifs « parfaitement abusifs ». Notamment dans les agglomérations de plus de 300 000 habitants où, estime l’UFC, « les services des eaux constituent des profits inacceptables ».

 

La palme revient sans conteste au Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF), le plus grand de France (1), qui facture son eau 2,5 fois plus cher que ce qu’elle coûte réellement. Viendraient ensuite Lyon (1,7 fois plus cher), Strasbourg et Nantes (1,5) ou encore Paris (1,4) et Lille (1,35). Outre cette surfacturation, les entreprises ou régies publiques en charge de la gestion de ls’accorderaient des taux de marge net sur le chiffre d’affaires absolument faramineux. Selon l’UFC, ces derniers oscilleraient entre 26 % et 42 %, selon les villes. Voire même 59 % dans le cas du SEDIF ! « Ces marges sont au minimum deux à trois fois supérieures aux taux de marge net des autres secteurs industriels déjà considérés comme profitables », souligne l’association qui cite, à titre de comparaison, le transport routier (4,2 %) et le commerce de gros (18,6 %).

 

Ces taux de marge apparaissent d’autant moins justifiés que l’activité de distribution et d’assainissement de l’eau ne présente que peu de risque : les contrats sont signés pour une durée de douze à vingt-cinq ans, tandis que la consommation domestique reste stable et peu sensible aux prix. Aucune concurrence à craindre, ni de retournement de marché à affronter... « À l’évidence, conclut l’UFC, s’octroyer 30 % à 40 % de profits sur un contrat garanti de vingt ans ne constitue pas une répartition satisfaisante de la valeur entre l’entreprise de distribution et l’usager domestique. » Pour le moins.

 

Alors que la situation des villes moyennes est jugée « contrastée » et celle des - petites villes « globalement satisfaisante », les grandes agglomérations urbaines - apparaissent donc, pour l’UFC, comme les « machines à profits » des entreprises de distribution de l’eau et le lieu d’un « fort manque à gagner pour les consommateurs ». Dans le seul cas du SEDIF, qui a perçu 550 millions d’euros de recettes en 2004, l’association évalue le préjudice à plus de 200 millions d’euros annuellement.

 

L’UFC pointe évidemment du doigt la situation d’oligopole dans laquelle se trouve le marché de l’eau. Une concentration particulièrement prononcée dans les grandes villes où deux entreprises (Veolia-Générale des eaux et Suez-Lyonnaise des eaux) se partagent le gâteau. L’association appelle donc les maires, lors des - renouvellements de contrat, à « envisager sérieusement l’opportunité d’un retour en régie publique ». Cette menace reste, selon l’UFC, « le seul moyen immédiat d’accroître l’intensité de la concurrence ». Il sera intéressant de savoir ce que vont faire nos élus dirigeants de l'agglomération, avec en tête son président, par ailleurs député-maireUMP de Draveil.

 

(1) Le SEDIF regroupe 144 communes d’Île-de-France et approvisionne

 

plus de 4 millions d’usagers.

L’UFC réclame un avis obligatoire du Conseil de la concurrence pour les renouvellements de contrat des villes de plus de 100 000 habitants et la création d’un haut conseil de l’eau pour établir des normes et des comparatifs de prix. L’association souhaite enfin une mission d’information du Parlement sur les moyens de mettre fin à la concentration du secteur.

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 19:12

Les députés approuvent l'apprentissage à 14 ans!

AFP 03.02.06 | 00h22

Les députés ont approuvé dans la nuit de jeudi à vendredi la mise en place d'un système d'apprentissage à partir de 14 ans prévue dans le projet de loi sur l'égalité des chances L'apprentissage à 14 ans, premier article adopté du projet de loi après plus de deux jours de débats, fait partie des mesures annoncées par le Premier ministre Dominique de Villepin lors de la crise des banlieues.

La "formation d'apprenti junior" comprendra deux phases, l'apprentissage junior initial avec initiation aux métiers à partir de 14 ans et l'apprentissage junior confirmé avec un contrat d'apprentissage à partir de 15 ans.

Et voilà: notre député local a sans nul doute voté avec ses collègues UMP pour que les jeunes quittent au plus vite le système scolaire pour aller travailler chez un patron, alors qu'à cet âge, il vaudrait mieux leur trouver une solution pour conforter quelques acquits scolaires , avant de les livrer à un employeur ( sans critiquer l'apprentissage par ailleurs, qui répond parfois à un besoin d'entrée progressive dans la vie active; mais à 16 ans, c'est suffisant et bien plus productif pour le jeune). Quand on sait que cette mesure touche particulièrement les jeunes les plus en difficulté, on voit comment le MEDEF se prépare de la main d'oeuvre à bas prix. Egalité des chances, qu'il(s) di(sen)t....

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans emploi
commenter cet article
2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 14:26

Trois agences Postales transférées chez des commerçants:

La Poste rentable?

 

Depuis le 1er février, trois relais Poste ont ouvert à Draveil chez trois commerçants aux Mazières, à Champrosay et à Mainville (article du Parisien de mardi, communiqué de la direction de la Poste 91)

Au conseil municipal du 15 décembre, la modification des conditions d’exploitation des agences postales de Champrosay, Mainville et des Mazières, ainsi que la transformation de celles des Mousseaux et des Bergeries en agences postales communales. Pour les «  premières, il s’est agi ni plus ni moins que de les transférer chez un commerçant : la boulangerie à Champrosay, la supérette place d’Armes à Mainville et enfin le marchand de journaux aux Mazières. Argument de la majorité UMP : « prise en charge des besoins des habitants avec une amplitude horaire mieux adaptée » (sic).

Et les familles qui n'ont besoin que du service postal?

Sauf que : quid des familles en difficultés qui n’ont que la Poste pour expliquer une difficulté de rentrée d’argent et demander alors de ne pas être pénalisés, voire interdits postaux ? A l’heure ou le service public s’appelle désormais « la banque Postale », on peut craindre le pire. Comme l'objectif est de quadrupler les profits de la banque postale d'ici 2010, ces impératifs de rentabilité vont inéluctablement toucher les plus démunis.

Plus simplement, quelle égalité de traitement sera assurée entre le client du commerçant (qui doit gagner sa vie, c’est bien normal) et l’usager postal qui fait la queue pour un simple envoi recommandé ou un pli à retirer (même si la bonne volonté est de mise). Et puis, quid du service durant les vacances ? Où sera la permanence du service public ?

Jean-Pascal Bonsignore a seul voté contre cette délibération que la majorité a approuvé. Décidément, la Droite reste la droite, et la casse du service public son credo…

Un dessin humoristique (mais bien réaliste !) nous a été envoyé par un internaute; cliquez sur le lien ci-dessous pour le visualiser:

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/00/80/46/draveilbientot_1_dessin-humoristique.doc

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Quartiers
commenter cet article
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 14:47

L'eau de Draveil est l'une des plus chères des grandes villes de l'Essonne

C'est ce que l'on a pu découvrir dans le Parisien de samedi dernier, en une des pages départementales: 3,7 euros le m3 (contre 2,65 à Ris Orangis ou3,12 à Evry)

Il faut dire que notre eau est distribuée par la Lyonnaise des Eaux (alors que c'est la SEE pour les deux autres citées); Lyonnaise qui alimente aussi Vigneux  (3,88 € le m3) et Montgeron (4,18 €).

Tiens donc! Nos trois villes , unies dans l'agglomération, sont parmi les plus chères; et la majorité UMP-PS de notre agglomération a ratifié la hausse du prix de l'eau pour changer les tuyeaux de plomb.. au profit de la Lyonnaise!

J'avais déjà dénoncé cette hausse et voté contre la délibération présentée. Jeudi soir 2 février 2006 à 21h au café Cultures, le conseil municipal de Draveil examine un rapport sur le prix de l'eau: venez faire savoir avec moi votre opposition aux profits de la Lyonnaise sur notre dos, avec la bénédiction de l'UMP!

De plus en plus, des maires et des élus soutiennent le retour de la gestion de l'eau en régie municipale, qui couterait de 20 à 30 % moins chère! Un argument qui incite à y regarder -et à y gouter- de plus près... ( pour mieux comprendre, un livre intéressant: "l'eau des mulirtinationales" de R Lenglet et JL Touly, éditions Fayard)

Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal, conseiller d'agglomération

A noter le débat organisé par l'UFC Que-choisir: "le prix de l'eau"

samedi 4 mars 2006  à 15h au centre social de Draveil

Un débat d'actualité !

Repost 0
Published by voixlibre - dans Edito
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 19:08

"Une bonne année de luttes et de changements"

Jean-Pascal Bonsignore a présenté ses voeux aux Draveillois samedi 21 janvier à 11h à la maison des Sociétés en centre ville, à l'occasion de la traditionnelle réception organisée par les communistes de Draveil. L'occasion pour le conseiller municipal, conseiller d'agglomération, de rappeler la gestion libérale de la ville par le maire UMP Georges Tron, les atteintes à la démocratie et au service public qui en font le quotidien, la suppression de centre de santé, la résidentialisation des logements sociaux et la vente de parcelles du patrimoine communal aux promoteurs. " M. Tron, député de droite, vote au Parlement toutes les lois antisociales: réductions des retraites, des dépenses publiques, des aides aux collectivités, des crédits pour l'hôpital public, entre autres. Le maire nous demande à chaque budget où nous trouverons des recettes: il suffirait aux députés de ponctionner un petit pourcentage des immenses profits des grandes entreprises pour financer largement le service public", a rappelé l'élu qui a annoncé en 2007 une candidature combattive de gauche aux législatives pour donner aux Draveillois l'occasion de riposter aux attaques de la droite libérale et du MEDEF.

(voir les photos des voeux du 21 janvier dans l'album en bas de page)

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
27 décembre 2005 2 27 /12 /décembre /2005 13:20

Minoritaire en Ile-de-France, l'UMP veut garder le pouvoir au STIF

 

Un amendement irresponsable, catastrophique, a été voté la nuit dernière à l'Assemblée Nationale sur proposition de Patrick Devedjian, député UMP et Vice-président chargé des transports du Conseil Général des Hauts-de-Seine.

 

Cet amendement UMP déposé en catimini sur un projet de loi sans rapport avec le STIF, reprend de fait une proposition rejetée par les gouvernements Raffarin et De Villepin. Une proposition émanant du Conseil général des Hauts-de-Seine, qui vise à limiter drastiquement les possibilités d'augmentation des contributions publiques au STIF (syndicat des transports fanciliens, financeur des lignes de bus en IDF).

En gros, le STIF ne pourrait plus rien faire sans l'aval de Nicolas Sarkozy. L'amendement implique que toute décision doit être prise à la majorité des deux-tiers (donc avec l'aval de l'UMP), lorsqu'elle fait progresser les contributions publiques à plus de deux points au- dessus du taux moyen d'évolution des tarifs.

Voilà qui ressemble à s'y méprendre aux méthodes de notre UMP locale, député-maire en tête: à Draveil comme à l'assemblée, quand on ne peut répondre aux attentes des citoyens, on bloque le débat, on verrouille les décisions, on fait fi de la démocratie!

N'oubliez pas: dans deux ans, ils viendront la bouche en coeur vous demander de les réélire! Il faudra leur raviver la mémoire!

Dans l'attente, souhaitons que le Conseil régional et les départements d'Ile-de-France prennent ensemble les décisions et les actions pour mettre en échec cette décision.

 

Voir : Le communiqué du groupe CACR à la région Ile-de-France

 

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans Actualité
commenter cet article
21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 18:12

 ... Dites-lui NON aussi!

 

Etonnante dialectique que celle de l’UMP et de son député maire à Draveil : après avoir dit « Oui » à la Constitution libérale … Et s’être fait battre vertement le 29 mai (52% pour le NON à Draveil, malgré de grands renforts de ministres et de réunions de quartiers), la droite locale et son chef de file ne connaissent plus que le NON.

 NON  aux réunions des habitants après les violences urbaines, pour tenter de rétablir le calme et le dialogue entre adultes et jeunes !

NON à l’accès aux équipements publics à l’élu municipal que je suis, qui souhaitait simplement entendre toute le monde, habitants, jeunes, « victimes » ou pas (selon l’expression de l’UMP), et proposer des solutions pour renouer les fils de la convivialité qui fait la singularité de notre ville ! J'ai du saisir le Tribunal administratif de Versailles pour faire valoir mes droits et pouvoir ensuite accéder aux maisons de quartier et obtenir une salle pour une réunion publique qui s'est tenue le 10 décembre!

 NON à ma demande de créer un collectif d’action pour exiger le retour d’EDF dans le service public, avant que les gros actionnaires (et pas les citoyens investisseurs d’un jour !) ne décident de rentabiliser tout cela en supprimant quelque 6000  emplois, comme l’annonce la presse depuis deux semaines !

NON à ma demande de préserver le Centre de santé qui se meurt peu à peu, en le transférant à l'agglomération pour le développer et le doter de moyens supplémentaires, pour une meilleure santé publique populaire!

 NON à l’ouverture des maisons de quartiers et du café cultures les soirs jusqu’à 23h, ainsi que les week-ends, pour permettre aux habitants d’accéder à ces lieux publics qu’ils payent avec leurs impôts. NON à la gestion de ces ouvertures par des associations bénévoles et responsables, ce qui n’aurait presque rien coûté, et surtout pas les milliers d’euros annoncés par el maire pour justifier son refus !

 A Draveil, la droite UMP dit NON à tout et à tous. A une exception près : elle n'a pu refuser que les citoyens, notamment les jeunes, s’inscrivent sur les listes électorales. Elle ne peut occulter le fait que dans deux ans, on vote pour les législatives, et dans trois ans pour les municipales.

Elle ne pourra empêcher que les Draveillois victimes de ses NON lui renvoient la politesse en 2007  et 2008.

Jean-Pascal Bonsignore, conseiller municipal de Draveil,

conseiller d’agglomération

 

 

Repost 0
Published by voixlibre - dans humeur
commenter cet article