Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 19:15

Pour tous les diplômés de l'enseignement supérieur, les années d'études pourraient désormais compter dans le calcul de leur futur retraite? Ce point sera en débat lors de la prochaine rencontre gouvernementale avec les syndicats, le 26 août, en vue de finaliser la réforme des retraites. Mais en y regardant de plus près, on se moque de nous!

A en croire les informations du Figaro, les propositions de réforme remises par Marisol Touraine, le 31 juillet dernier, au Premier ministre comporteraient un volet pour prendre en compte les longues études dans le calcul des retraites. "Le nombre grandissant d'élèves poursuivant des études au-delà du bac nécessite de revoir les règles de validation des annuités pour le calcul des droits à la retraite", commente le syndicat des cadres CFE CGC dans une note rédigée à l'issue de la Conférence sociale de juin dernier. Un constat partagé par le syndicat des étudiants. Pour l'Unef, "l'accumulation des années "blanches" rend la poursuites d'études pénalisantes".

A noter ensuite que les diplômés occupent leur premier emploi stable à seulement 27 ans en moyenne. Auparavant, ils cumulent les stages, les emplois précaires et les périodes de chômage qui les pénalisent encore pour leur retraite. S'ajoute le sentiment croissant d'une inégalité intergénérationnelle. "Les jeunes actifs s’inquiètent de bénéficier de droits moins favorables que les générations actuelles de retraités... alors qu'ils sontmobilisés pour payer la retraite de leurs aînés", souligne le rapport Moreau, document de travail qui sert au gouvernement à préparer la réforme des retraites.

Mais, mais: ce calcul s'appliquerait pour les générations nées à compter du 1er janvier 1970, avec un plein effet à compter de ceux nés à compter du 1er janvier 1985. Impossible toutefois de cumuler plus de 10 trimestres pour un bac+5 ou plus. A titre d'exemple, celui qui est né après le 1er janvier 1985 validerait 4 trimestres avec un bac+2, 6 trimestres avec bac+3, 8 trimestres avec un bac+4, 10 trimestres avec un bac+5 et au-delà.

Pour les plus de 50 ans diplômés qui doivent attendre encore 12 à 15 ans minimum, rien! De qui se moque-t-on?

Une telle mesure coûterait environ 4,5 milliards d'euros en 2020 et 9 milliards d'euros en 2030. Pour la financer, la CFE CGC suggère de créer une cotisation étudiant, inspirée de celle déjà existante pour l'assurance maladie. Ben voyons! Exit les acquits de la Résistance avec la CGC! L'Unef préfère faire payer les employeurs, via "une cotisation symbolique de 0,15% de la valeur ajoutée".

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans social
commenter cet article

commentaires

Fannou91 14/08/2013 08:08


A quand la prise en compte de la pénibilité au travail ? je n'ai rien contre "les études longues" mais je ne pense pas que tous ces "cols blancs" soient bien fatigués à 62 ans..... Que dire du
travail de nuit ? des métiers du bâtiment ? et j'en oublie plein d'autres.... Franchement : où va le monde ! Le mois de septembre s'annonce chaud....