Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 23:05

Depuis le 6 décembre 2012, l’Essonne a déclenché le plan hivernal d’hébergement de niveau 1. En raison des baisses de températures prévues, il est maintenu jusqu’au 31 mars prochain, et peut encore évoluer.

sens-interdit-sauf-traineaux.jpgLe niveau 1 a été déclenché parce que les températures ressenties se sont situées entre -5°C et -10°C. Dès lors, les places d’hébergements sont augmentées. Selon la préfecture de l’Essonne tout est fait« pour qu’aucune personne ne reste à la rue contre son gré ». En temps normal, on compte 369 places en accueil d’urgence, utilisables pour une ou quelques nuits. Avec l’alerte, 342 nuitées en hôtels sont prévues, ainsi que 11 places en appartements. Ces couchages supplémentaires s’ouvrent progressivement en fonction des besoins. On peut s’attendre à voir les températures chuter dans les deux mois à venir. Que se passera-t-il alors ?

Il existe deux niveaux d’alerte supplémentaires. Avec pour chacune d’elles, de nouvelles dispositions à prendre. Le niveau 2 est mis en place pour ce que Météo France nomme le « Grand Froid ». Il intervient avec des températures comprises entre -10°C et -18°C. Dès lors, les maraudes de la Croix Rouge sont plus fréquentes. Dans le département, cela correspond à deux tournées en journée et des horaires de nuits élargis. Concernant les hébergements, les accueils de jour restent ouverts la nuit.

Le « froid extrême » entraîne l’alerte de niveau 3. Celle-ci est déclenchée dès lors que les températures sont inférieures à -18°C. Il s’agit alors d’un niveau de crise exceptionnel. A ce stade là, des gymnases peuvent être mobilisés avec l’accord des maires. 366 places sont déjà envisagées, et la préfecture affirme qu’ « aucun hébergement ne sera refusé par défaut de place en Essonne durant l’hiver ». La Croix Rouge peut compléter ce dispositif au besoin avec ses propres ressources.

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Actualité
commenter cet article

commentaires