Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:15

Selon des informations, les représentants des entreprises agrochimiques comme Monsanto et des laboratoires pharmaceutiques vont se voir retirer leur badge d’accès à l’Assemblée nationale. De la "poudre aux yeux" politique?

Depuis 2009, les représentants d’intérêts qui souhaitent accéder à l’Assemblée doivent montrer patte blanche. 150 entreprises, fédérations professionnelles, associations, cabinets de lobbying et organismes divers sont aujourd’hui recensés et chaque représentant bénéficie d’un badge d’accès.

Le nouveau président de la délégation chargée des représentants d’intérêts, le député PS Christophe Sirugue, a annoncé que les “représentants d’entreprises privées œuvrant dans certains secteurs sensibles” seraient rayés de la liste. Pour ces secteurs, seuls seront inscrits les représentants des organisations professionnelles. Les “secteurs sensibles” visés sont l’industrie pharmaceutique et l’agrochimie. Selon nos informations, les représentants de Monsanto, de Bayer Cropscience, de DuPont de Memours et de Syngenta devront rendre leur badge. Total, Thales, Hachette ou Carrefour continueront à avoir accès à l’Assemblée avec un badge de lobbyiste, mais pas les 7 exclus, qui pourront toujours se faire représenter par les fédérations professionnelles auxquelles ils sont affiliés. Contacté, le Leem (Les entreprises du médicament), accrédité à l’Assemblée, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Poudre aux yeux? Qu'on en juge: l’intérêt de ces accréditations pour les représentants d’intérêts est très relatif. Rien ne leur interdit en effet de prendre contact directement avec un parlementaire et de le rencontrer ailleurs qu’au Palais-Bourbon… Le PS préfèrerait-il l'affichage médiatique plutôt que de s'attaquer réellement aux lobbies qui détruisent la planète en s'enrichissant sur notre dos. Le changement, c'est pour quand?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Alfred J 20/10/2012 11:51


Bien sûr ce n'est pas suffisant pour arrêter les lobbies, mais au moins cela va dans le bon sens. Cette mesure a le mérite de supprimer le titre de corrupteur officiel à des firmes qui ont abusé
de cette autorisation. Mais qui dit corrupteur dit également corrompus. Personne n'est suffisament crédule pour imaginer que les élus qui se laissent influencer ne le font que par conviction
personnelles. N'y a-t-il pas pour certains d'autres intérêts en jeu, personnels ou bénéfices pour leur carrière? Le problème c'est que parmi ceux ou celles qui pourraient voter une loi plus
sévère pour ces comportements il y a certainement les corrompus eux-mêmes.


C'est le même phénomène qui empêche l'interdiction du cumul des mandats!