Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:58

Serge Dassault, sénateur de l'Essonne, dans une intervention sur la radio France-Culture, a déclaré : «On veut un pays d’homos ? Dans 10 ans il n’y a plus personne, c’est stupide», avant de faire de l’homosexualité « une des raisons de la décadence de la Grèce dans l’Histoire ». Bêtise, ou porte-parole d'une certaine droite?

Ce n’est certes pas la première fois que le sénateur de l’Essonne s’illustre de la sorte dans les médias. Cependant, Qu’il s’agisse des « jeunes délinquants » qu’il faudrait pouvoir « condamner dès 16 ans » des chômeurs qui « ne veulent pas travailler », ou des «homos (…) qui sont un danger pour la Nation », notre Mirage national (il veut d’ailleurs en offrir un à Corbeil !) semble à chaque fois dépasser une nouvelle limite dans la stigmatisation et l’intolérance.  Et quand dans le cas présent, l’explication pseudo-historique absurde (il fait référence à l’histoire de la Grèce antique, mais le parallèle est grossier) s’ajoute à la stigmatisation homophobe, nous sommes en droit de nous demander comment un élu de la République peut aller si loin sans que personne de son camp ne réagisse.

Rappelons que Serge Dassault, ancien maire de Corbeil-Essonnes, a été réélu sénateur grâce aux voix de grands électeurs de droite (maires, adjoints, conseillers municipaux, généraux, régionaux, députés et sénateurs) de l’Essonne, dont fait partie notre maire de Draveil , ex-député. On attend avec hâte sa réaction indignée en réponse à la bêtise volontaire (tout à fait volontaire !) de son ex-collègue, porte-parole d'une certaine droite qui prépare le "changement".

En tout cas, il est urgent d'obtenir sa radiation du Sénat!

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Fannou91 13/11/2012 06:05


Au vu de ses "hautes" fonctions, monsieur Le Sénateur n'est pas sensé ignoré que l'homophobie est punissable par la loi.... Le Code Pénal (article 225-1) indique que « constitue une
discrimination toute distinction opérée entre personnes (…) à raison de leur sexe, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle ». Les sanctions encourues peuvent atteindre 3 ans
d’emprisonnement et 45000 euros d’amende".