Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 09:19

 Dans le dernier Vivre à Draveil, la droite UMP locale, par la plume de ses élus et son maire-ministre, confine à la manipulation de l’information, mais révèle surtout ses difficultés et sa faiblesse politique.

Manipulation de forme, tout d’abord : elle exige des conseillers d’opposition les tribunes libres le 16 mars, soit avant le 1er tour ; et l’on découvre que la tribune de ses élus commente le résultat des cantonales, dont le 2° tour a eu lieu le… 27 mars, comme chacun sait.

Manoeuvre de fond, ensuite : passons sur les termes de la tribunes de la majorité, que l’on pourrait facilement écrire le 1er janvier pour toute l’année, en y ajoutant une phrase d’actualité, tant elle est lénifiante et surtout répétitive ; on a bien compris, ils sont au service des Draveillois (on se demande d’ailleurs pourquoi ils auraient été élus, sinon…).

Attardons-nous plutôt sur l’éditorial du maire-ministre : la victoire "éclatante" de sa candidate serait le résultat du renoncement de « l’opposition de gauche » (selon ses propres termes) à « assumer ses idées », ce qui lui aurait fait « perdre sa crédibilité et son identité ».

On attend vainement la suite : quelles idées n’auraient pas été assumées ? Quelle identité aurait été perdue, quelle crédibilité aurait été dévoyée? Comme à l’habitude, on découvre des affirmations à l’emporte-pièce, publiées de façon unilatérale dans le journal des contribuables, après le conseil municipal du 4 avril, empêchant ainsi quiconque d’y répondre publiquement (sauf à prendre sur ses deniers personnels pour imprimer et distribuer un communiqué sur toute la ville); la démocratie la plus élémentaire eût été de permettre dans chaque tribune d’analyser les cantonales, et ensuite à chaque élu de s’exprimer à ce sujet lors du Conseil (Jean-Pascal Bonsignore a pu le faire lors de son intervention préalable au vote du budget 2011, lire son propos: BP-2011-draveil-interv-jpb BP-2011-draveil-interv-jpb ; lire le compte-rendu du Conseil:CR CM 04 04 11 CR CM 04 04 11 ).

Ces pratiques révèlent en fait deux points essentiels :

La faiblesse politique, bien à jour à présent, de la droite locale qui n’a en fait rien d’autre à proposer aux Draveillois que le consensus mou sur une situation sociale et économique subie du fait d’une politique nationale qu’elle soutient mais dont elle se garde bien de se réclamer ;

Ensuite, et surtout, la négation du problème Front national (17% au 1er tour, 30% au 2ème), et de son opposition de droite qui lui a raflé quelques 15% des suffrages exprimés : deux composantes apparues lors de ces élections qui ont permis à l’UMP (grâce au système électoral des 12,5% des inscrits nécessaires) de se retrouver seule face au FN au 2° tour et ainsi de remporter le vote républicain sans pour autant gagner l’adhésion à ses idées (16% de votes blancs et nuls, une première à Draveil !).

Le maire-ministre a beau jeu d’écrire que l’opposition municipale de gauche a été éliminée : le total de ses voix était de presque 40% ! L’opposition de droite, composée de votes Modem, de votes anti-UMP (ex-Tournier et Isard-Lebourg, entre autres) et de quelques écologistes centristes sans doute, dépassait les 15% ; le FN était à 17%, rien ne peut laisser supposer que toutes ses voix allaient à l’UMP qui, avec ses moins de 27% au 1er tour, était bel et bien battue ! Il convenait de rétablir la vérité des chiffres.

Sans le FN à 17%, la candidate de droite se retrouvait face à Michel Gruber, soutenu par la gauche, qui l’aurait emporté, aidé en cela par un report de voix de l’autre droite, dont les motivations profondes restent encore à ce jour bien mystérieuses et qui s’attribue un peu vite la prépondérance politique d’opposition sur la ville !

Reste qu’aujourd’hui, Draveil est représentée au Conseil général par une élue de droite, minoritaire, qui ne servira pas à grand-chose, votera sans nul doute avec l’UMP contre la politique de la gauche départementale majoritaire (ce blog publiera ses votes régulièrement).

Ainsi va le système électoral mis en place, qui prive le citoyen de gauche du choix de vote au 2° tour d’une élection : la réponse reste dans la rue, les mesures du gouvernement UMP et de son maire-ministre draveillois vont encore nous en donner l’occasion…

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Edito
commenter cet article

commentaires