Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 09:28

Depuis quelques jours certains médias nationaux se déchaînent contre le Val-de-Marne dans une campagne anti-communiste digne des pires heures de la guerre froide. Gageons que les Val-de-Marnais apporteront dimanche le démenti le plus cinglant à cette campagne médiatique de dénigrement indigne.

DECLARATION DE CHRISTIAN FAVIER

Sénateur, président du Conseil général du Val de Marne

Dimanche, lors des élections départementales nos concitoyens vont avoir à effectuer un choix simple : poursuivre et développer les politiques départementales qui rassemblent face à la crise ou aggraver l’austérité comme le préconisent la droite et l’extrême droite.

C’est cela l’enjeu essentiel du scrutin départemental.

Or, depuis quelques jours certains médias nationaux se déchaînent contre le Val-de-Marne dans une campagne anti-communiste digne des pires heures de la guerre froide.

« Bastion rouge », « citadelle assiégée », « fin d’un système »… Des journalistes dépêchés par les rédactions parisiennes viennent en Val-de-Marne rabâcher un unique discours : « la gauche est divisée, la droite est unie, donc le Département va basculer ». A renfort de lieux communs et d’images choc sur Georges Marchais, la rue Lénine ou le collège Karl-Marx, ils débitent une litanie anticommuniste qui ne correspond en rien à la réalité du Val-de-Marne, à ce que vivent au quotidien nos concitoyens.

Les actions concrètes du département, la solidarité envers les personnes âgées, handicapées ou exclues, le soutien au pouvoir d’achat, les crèches, les collèges, le métro, le logement social, l’environnement, la démocratie de proximité ? Rien, pas un mot, pas une phrase, pas une image sur la réalité quotidienne de la vie des Val-de-Marnais. Seuls les intéressent combines politiciennes et clichés éculés.

Face à cela, face à ces méthodes de basse propagande, je ressens dégoût et colère.

Dégoût tout d’abord, car ce n’est ni ma conception du débat public et de la liberté de choisir ses élus sans contrainte, ni celle de l’éthique de l’information et de l’indépendance de la presse.

Colère ensuite, tant la façon dont ces médias parisiens bien-pensants traitent notre département, ceux qui y vivent et y travaillent, est indigne et profondément scandaleuse. Comme si, par paresse intellectuelle ou par malfaisance, ils faisaient payer au Val-de-Marne les positions défendues par notre collectivité sur la métropole ou la réforme des territoires.

J’invite nos concitoyens à s’interroger sur qui profite d’une telle campagne caricaturale.

Pour notre part, dans un esprit de rassemblement et d’action, tout au long de cette campagne électorale, nous avons rencontré des dizaines de milliers de Val-de-Marnais qui nous ont dit leurs difficultés, les conséquences des politiques d’austérité sur leur vie, sur leur avenir. Ils ont aussi exprimé leur attachement au Val-de-Marne, au département utile à leur quotidien, à la majorité de gauche qui le dirige dans l’union et dans l’innovation.

Ce sont les Val-de-Marnais qui voteront dimanche, en toute liberté et en dehors de toute contrainte. Et je suis convaincu qu’ils apporteront très clairement dans les urnes le démenti le plus cinglant à cette opération de dénigrement.

Ecoutez son interview sur Radio arts-Mada

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Coup de coeur
commenter cet article

commentaires