Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 10:00

Dernier conseil de l'année ce jeudi 15 décembre à 19h au café-cultures.

Rien de bien intéressant au menu, sinon des délibérations pour lancer la Zac du centre-ville chère à notre député-maire UMP qui l'a présentée à grand renfort de plans et maquettes vendredi dernier à la salle Châlon. JP Bonsignore, opposé à la façon dont ce projet est mené, votera contre ces délibérations.

Par ailleurs, votre élu DraveilàGauche présentera un voeu au vote du conseil concernant le droit à l'énergie pour toutes les familles et demandant le retrait de la loi NOME, voeu dont voici des principaux extraits ci-dessous:

"L'accès à l'énergie est un besoin fondamental au même titre que le logement, l'emploi, l'accès à l'eau ou à la sécurité alimentaire. Pouvoir se chauffer, avoir de la lumière ou faire fonctionner des appareils électriques n'est pas un luxe. Aucun argument ne saurait justifier que l'on prive une partie de la population d'accès à l'énergie.

(...) Or la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l'Electricité), adoptée il y a un an jour pour jour, par l'Assemblée Nationale, a pour conséquence de mettre en péril les tarifs régulés de l'électricité et de provoquer une hausse générale du prix de l'électricité en France.

(...) Draveil, comme n'importe quelle commune française, sera touchée par ces mesures. Des ménages bénéficient des tarifs réglementés et plusieurs familles, en grande difficulté, ont recours au « tarif de première nécessité ».

(...) Le Conseil Municipal de Draveil:

-         demande au gouvernement le maintien des tarifs réglementés

-         demande au gouvernement de revenir sur la loi NOME dont aucun bénéfice n'est à attendre pour la collectivité et les Draveillois ;

-         affirme son attachement au service public de l'énergie, au droit à l'énergie pour tous et au développement des énergies renouvelables."

Venez entendre les (non) réponses de l'UMP sur la déréglementation de l'énergie publique pour tous.

Partager cet article

Repost 0
Published by voixLibreDraveil - dans Conseil municipal
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude BELLAMY 12/12/2011 12:03


La loi NOME est une aberration, une
forfaiture et une absurdité économique!

À partir du moment où le marché de l'électricité a été libéralisé, avec introduction de la "libre concurrence", EDF, qui avait le monopole de la distribution jusqu'alors (mais ne l'a jamais eu au
niveau production, même après 1946), s'est retrouvée face à des concurrents (Poweo, Direct Énergie,
..., et même son entreprise "sœur" : Gaz de France)

La plupart de ses concurrents ne sont pas producteurs d'électricité, mais seulement des redistributeurs.
Comme aucune compagnie privée n'a de centrales nucléaires comme EDF, le prix de
revient (et fatalement de revente) du kWh ne peut être aussi bas que celui d'EDF.


Si bien que certains ont crié au scandale, auprès de la
Commission européenne, en prétendant  que c'était de la concurrence déloyale, si bien qu'il y a eu cette loi (votée discrètement par le Parlement il y
a quelques mois) qui astreint EDF à vendre à prix réduit 25% de sa production d'origine nucléaire à ses concurrents !
Ce qui est tout bonnement ahurissant et contraire justement aux principes même du "marché".


Il ne s’agit donc plus d’ouvrir la concurrence pour faire
baisser les prix, mais d’élever les prix pour permettre la concurrence!

C'est comme si, sur un marché aux légumes, tous les producteurs de carottes les vendaient 2€ le kg (avec un prix de revient de 1,5 €), sauf un seul qui, grâce à son savoir-faire, les vendrait 1€
le kg (avec un prix de revient de 0,6 €).
Et bien la loi NOME, transposée à ce marché de la carotte, obligerait le dernier producteur à  revendre aux autres producteurs ses carottes à 0,8€,
afin qu'ils puissent le concurrencer sur les marchés!

Même en faisant abstraction de toute idéologie politique, cette disposition est totalement absurde et injuste!


"Le parc nucléaire d’EDF appartient à EDF, et EDF
appartient à la nation!" (Marcel BOITEUX, ancien président d'EDF)



La Direction d'EDF a contesté cette décision, estimant que si EDF peut vendre le kWh moins cher que les autres, c'est parce qu'elle a investi massivement pendant 40 ans, aussi bien en installations, en recherches, en formation de son personnel, ..., et qu'il est donc
normal qu'elle en recueille les fruits.
C'est ça justement la vraie concurrence !
EDF ne voulait pas descendre en dessous de 45 € le MWh, alors que les "autres" ne voulaient pas monter au-dessus de 32 € (je cite ces
chiffres de mémoire).
Ce prix a dernièrement été fixé à 42 € le MWh.
(1 MWh = 1000 kWh)

Contrainte à cette vente forcée, EDF va devoir fatalement remonter ses tarifs, si
bien que c'est l'usager "lambda" qui va devoir payer les pots cassés de cette nouvelle attaque libérale, pour le profit de quelques actionnaires privés.


Pour
information, je rappelle le prix moyen du kWh pour les particuliers
:


(Les prix ci-dessous sont tous TTC au
01/01/2011)


·         marché
réglementé (tarif bleu):
0,1275 € le kWh en heures pleines
0,0864 € le kWh en heures creuses
à comparer avec
0,1174 € le kWh pour le tarif de base à partir de 9 kVA
(à cela il faut ajouter le prix de l'abonnement, fonction de la puissance souscrite)


·         marché
libre (mon contrat électricité)
0,1474 € le kWh en heures pleines
0,0902 € le kWh en heures creuses
à comparer avec
0,1294 € le kWh avec le tarif de base
(à cela il faut ajouter le prix de l'abonnement fonction de la puissance souscrite)


(Quant aux entreprises, le tarif vert en heures creuses
d'été est de  0,0238 € HT)


Je finirai en rappelant 2 propos formulés avec 60 ans
d'écart, par 2 personnalités d'opinions politiques différentes, mais convergeant totalement :
Le 8 avril 1946,
date de la création d'EDF "établissement public d'état", Marcel PAUL, ministre de la Production industrielle, avait déclaré à
cette occasion :